Points saillants 

  • Après le regain de croissance observé en 2016, l’économie du Burkina devrait progresser à un rythme moyen supérieur à 6,0% à moyen terme, en partie grâce à la hausse des productions d’or, de coton ainsi qu’à la production céréalière.
  • Premier producteur africain de coton, le Gouvernement burkinabé met en œuvre des réformes en vue de l’amélioration du climat des affaires.
  • En raison de la hausse des dépenses d’investissement et des salaires dans la fonction publique, le déficit budgétaire s’est creusé en 2016 (3,9) et surtout en 2017 (7,8). Cependant, les mesures de consolidation budgétaire devraient ramener ce déficit au niveau de la norme communautaire de 3% à partir de 2019.
  • A l’instar de la plupart des Etats de la zone UEMOA, l’inflation reste contenue (+0,4% en 2017) en lien avec la hausse de la production céréalière et la baisse du prix à la pompe des hydrocarbures.
  • Les investissements étrangers dans le secteur aurifère ont permis au pays de devenir le cinquième producteur d’or en Afrique. Les entreprises impliquées dans la fabrication d’équipements miniers, la finance et l’investissement, la cartographie géophysique et la consultation sont les mieux placées pour bénéficier de la revitalisation de l’industrie minière du Burkina Faso.
  • Le déficit extérieur devrait se creuser en lien avec la hausse des dépenses d’investissements. Ce déficit est en grande partie financé grâce aux appuis extérieurs et à la reprise des flux d’investissements directs étrangers (IDE) notamment dans le secteur des mines.

Points saillants 

  • Après le regain de croissance observé en 2016, l’économie du Burkina devrait progresser à un rythme moyen supérieur à 6,0% à moyen terme, en partie grâce à la hausse des productions d’or, de coton ainsi qu’à la production céréalière.
  • Premier producteur africain de coton, le Gouvernement burkinabè met en œuvre des réformes en vue de l’amélioration du climat des affaires.
  • En raison de la hausse des dépenses d’investissement et des salaires dans la fonction publique, le déficit budgétaire s’est creusé en 2016 et surtout en 2017. Cependant, les mesures de consolidation budgétaire devraient ramener ce déficit au niveau de la norme communautaire de 3% à partir de 2019.
  • A l’instar de la plupart des Etats de la zone UEMOA, l’inflation reste contenue (+0,4% en 2017) en lien avec la hausse de la production céréalière et la baisse du prix à la pompe des hydrocarbures.
  • Les investissements étrangers dans le secteur aurifère ont permis au pays de devenir le cinquième producteur d’or en Afrique. Les entreprises impliquées dans la fabrication d’équipements miniers, la finance et l’investissement, la cartographie géophysique et la consultation sont les mieux placées pour bénéficier de la revitalisation de l’industrie minière du Burkina Faso.
  • Le déficit extérieur devrait se creuser en lien avec la hausse des dépenses d’investissements. Ce déficit est en grande partie financé grâce aux appuis extérieurs et à la reprise des flux d’investissements directs étrangers (IDE) notamment dans le secteur des mines.

 

2013 2014 2015 2016 2017 2018
Croissance du PIB réel 5,8 4,3 3,9 5,9 6,3 6,7
Taux d’inflation moyen annuel (IPC) 0,5 -0,3 0,9 -0,2 0,4 1,7
Déficit budgétaire globale* -3,6 -1,9 -2,0 -3,9 -7,8 -5,0
Taux d’investissement* 32,5 25,9 24,3 22,4 24,2 23,1
Solde courant* -11,3 -8,1 -8,6 -7,2 -7,2 -7,0
Dette globale* 28,8 30,4 35,8 38,3 38,3 41,0

Sources : BCEAO, sauf dette globale qui provient du FMI (perspectives économiques régionales, avril 2018)
* en % du PIB
 

2013 2014 2015 2016 2017 2018
Croissance du PIB réel 5,8 4,3 3,9 5,9 6,3 6,7
Taux d’inflation moyen annuel (IPC) 0,5 -0,3 0,9 -0,2 0,4 1,7
Déficit budgétaire globale* -3,6 -1,9 -2,0 -3,9 -7,8 -5
Taux d’investissement* 32,5 25,9 24,3 22,4 24,2 23,1
Solde courant* -11,3 -8,1 -8,6 -7,2 -7,2 -7,0
Dette globale* 28,8 30,4 35,8 38,3 38,3 41

Sources : BCEAO, sauf dette globale qui provient du FMI (perspectives économiques régionales, avril 2018)
* en % du PIB

InstrumentDate de l'opérationDate de valeurEchéanceMontant
(millions de FCFA)
StatutPlus d'infos