Glossaire

A

Action

Une action appartient à la catégorie des valeurs mobilières. Un détenteur d´actions possède un titre représentatif d'une partie du capital d'une entreprise privée. Cela lui confère le statut d'associé et le bénéfice de certains droits :

  • le droit pécuniaire (dividende ou paiement de dividende en action),
  • le droit de vote (normalement un droit de vote par action),
  • le droit de regard sur la gestion (communication des documents et Assemblée Générale) et,
  • le droit sur l´actif net (bon de liquidation).

L´émission d´actions s’effectue lors de la création de la société puis ultérieurement lors d´augmentation de capital par l'émission de nouvelles actions en numéraire (augmentation de capital à titre onéreux) ou par la distribution d´actions gratuites (augmentation de capital par incorporation des réserves).

Actionnaire

L'actionnaire est une personne physique ou morale qui possède un ou des titres de propriété représentatif d'une partie du capital d'une entreprise. L'actionnaire bénéficie d'un certain nombre de droits :

  • sur les bénéfices avec mise en réserve ou distribuée aux actionnaires sous la forme de dividendes (décision en assemblée générale annuelle),
  • sur la gestion puisqu'il peut participer aux assemblées générales annuelles et voter au prorata du nombre d'actions qu'il détient,
  • sur l'actif net puisqu'il recevra, le cas échéant, un boni de liquidation lors de la dissolution de l'entreprise,
  • préférentiel car en cas d'augmentation de capital, l'actionnaire sera prioritaire pour acquérir de nouvelles actions.
Actualisation

L'actualisation est une méthode de calcul économique et financière qui consiste à ramener sur une même base des flux monétaires, à venir, en des flux monétaires présents. L'actualisation permet notamment de confronter des projets d'investissement qui ont des échéances différentes. L'actualisation est un des critères de la décision financière de l'investisseur ou de l'emprunteur.

Adjudication

L'adjudication est une technique permettant l'acquisition d'un bien mobilier ou immobilier aux enchères. En finance, l'adjudication est une technique d'émissions de bons ou d'obligations. L'adjudication est ainsi régulièrement pratiquée par les Etats pour assurer le placement de leurs bons du Trésor et emprunts obligataires. L'enchérisseur bénéficiaire de tout ou partie de l'adjudication est appelé l'adjudicataire.

Adjudication à la Hollandaise

Une adjudication à la hollandaise correspond à une technique d’émission qui consiste à servir des titres (essentiellement des titres de créance) au prix ou au taux effectif de soumission.
Les offres des soumissionnaires dont les prix sont les plus élevés sont servies en premier et celles de niveau inférieur le sont ensuite, jusqu’à hauteur du montant souhaité par l’émetteur.
Les participants payent des prix différents, correspondant exactement aux prix qu’ils ont demandés.
L’adjudication à la Hollandaise est utilisée dans l’UMOA dans le cadre des émission de bons et d’Obligations du Trésor.

 

Agence de Notation

Une agence de notation est une société spécialisée dans la notation et l’évaluation de la capacité d’un émetteur de titres à faire face à ses obligations de remboursement du capital et de paiement des intérêts, pendant toute la durée de vie de ses titres.
Une agence de notation classe le niveau de risque, relatif à chaque émission et à chaque émetteur, en attribuant des notes à court et à long terme.

 

Amortissement

L'amortissement consiste à rembourser en tout ou partie un crédit bancaire ou un emprunt obligataire émis par un émetteur. Le mode d'amortissement est arrêté par l'émetteur auquel cas, dans son contrat d'émission. Plusieurs modalités d'amortissement peuvent être choisies par l'emprunteur. Il peut utiliser soit :

  • Un amortissement in fine, auquel cas, l'amortissement de son emprunt correspondra à son remboursement;
  • Un amortissement constant qui consiste à rembourser régulièrement une partie de l'emprunt, exemple annuellement, au rythme de l'émetteur. Dans ce cas, la dette contractée à l'émission et le montant des intérêts diminuent progressivement.

L'amortissement (uniquement remboursement annuel du capital) ne doit pas être confondu avec l'annuité (remboursement du capital + intérêt).

Amortissement d'un emprunt

On appelle amortissement d'un emprunt son remboursement. Les principales modalités d'amortissement d'un emprunt sont : le remboursement in fine ( tout le capital est remboursé en bloc à l'échéance), le remboursement par tranches (ou séries) égales, appelé aussi amortissement constant, et le remboursement par annuités constantes ( en intérêts et capital).

Appel d’offres

Un appel d’offres est un processus par lequel un acheteur (vendeur) potentiel demande à différents offreurs (acheteurs) de lui faire une proposition chiffrée en réponse à son besoin qui peut prendre la forme d’un projet, d’un produit ou d’un service.

Arbitrage

L'arbitrage est une combinaison de plusieurs opérations permettant de réaliser un bénéfice sans risque (en théorie au moins !) en tirant partie des seules imperfections susceptibles d'apparaître entre différents marchés. L'arbitrage permet d'assurer l'égalité des prix à un même moment. Il assure la fluidité entre les différents marchés et contribue à leur liquidité. C'est l'opération de base qui permet de garantir l'efficience des marchés.

Assimilation

L'assimilation est la technique utilisée par un certain nombre d’émetteurs de titres de créance négociables (Etats membres de l’UMOA) pour regrouper en un emprunt unique plusieurs lignes précédemment émises.
Les créanciers bénéficient des mêmes droits de créance et des mêmes flux financiers.

Haut

B

Back office titres

Le back office titres regroupe un ensemble de services financiers au sein d’institutions financières. 
Il a pour principales missions d’assurer la gestion des stocks de titres (paiement des coupons, opérations sur titres,…), la gestion des flux avec la livraison et le règlement des titres et l’enregistrement et la réconciliation comptable de l’ensemble des transactions.

Bon du Trésor

Un bon du Trésor est un titre de créance négociable émis par les Trésors Publics pour le compte de l’Etat afin de lui permettre de se procurer des liquidités à court et à moyen terme.

Dans l’UMOA, le montant minimum de souscription d’un bon du trésor est de 1.000.000 de Francs CFA.

Le bon du Trésor est l’instrument de gestion de trésorerie de l’État à court terme. Dans l’UMOA, les durées d’émission sont de 7 jours, 1 mois, 3 mois, 6 mois, 1 an et 2 ans.

Les bons du Trésor sont remboursables à l’échéance et leurs intérêts précomptés.

Bon du Trésor annualisés

Les bons du Trésor annualisés (BTAN) sont des titres de dette cotés en taux de rendement actuariel et non en pourcentage du nominal comme c'est habituellement le cas pour les obligations.

Bêta

Le bêta, ou coefficient bêta, d'un titre financier est une mesure de la volatilité ou de sensibilité du titre qui indique la relation existant entre les fluctuations de la valeur du titre et les fluctuations du marché. Il s'obtient en régressant la rentabilité de ce titre sur la rentabilité de l'ensemble du marché.

Haut

C

Capitaux propres

Les capitaux propres représentent l'argent apporté par les actionnaires à la constitution de la société ou ultérieurement, ou laissés à la disposition de la société en tant que bénéfices non distribués sous forme de dividendes. Ils courent le risque total de l'entreprise : si celle-ci va mal, ils ne seront pas rémunérés (aucun dividende ne sera versé) ; si elle dépose son bilan, les porteurs de capitaux propres ne seront remboursés qu'après que les créanciers l'aient été intégralement, ce qui est très rarement le cas. Si elle va très bien au contraire, tous les profits leur reviennent. Le rôle des capitaux propres est double. Leur première fonction est de financer une partie de l'investissement. Mais leur objet le plus important est de servir de garantie aux créanciers de l'entreprise qui financent l'autre partie de l'investissement. Le coût des capitaux propres intègre donc une prime de risque. Au total, l'importance du montant des capitaux propres témoigne du niveau de risque qu'acceptent de courir les actionnaires. En période de crise, les entreprises les plus endettées sont les premières à disparaître. Actif net est un synonyme de capitaux propres.

Code ISIN

Chaque code ISIN est attribué de manière unique à un titre financier (action, obligation, OPCVM...) permettant de le distinguer parfaitement des autres titres.

Ce code ISIN (code international) est délivré par la société EUROCLEAR qui est en France le dépositaire central des valeurs mobilières. Il a remplacé le code valeur SICOVAM et a été mis en place afin de normaliser la codification internationale des produits financiers.

Coefficient de corrélation

Le coefficient de corrélation définit le degré de dépendance entre deux variables. C'est un nombre compris entre - 1 (évolution strictement inverse des variables) et + 1 (évolution strictement parallèle). Il est égal à la covariance mathématique des variables divisée par le produit des écarts-types.

Coefficient d’actualisation

Le coefficient d’actualisation permet de ramener la valeur d'un flux futur à sa valeur actuelle.

La formule mathématique du coefficient d’actualisation est 1/(1 + t)^n, sachant que t est le taux d’actualisation et que n correspond au nombre de périodes.

Le coefficient d’actualisation 1/(1 + t)^n peut notamment être appliqué à tout coût ou à tout bénéfice futur afin d’obtenir sa valeur actuelle.

Compte titre

Un compte titre permet de détenir des valeurs mobilières sur un compte spécifique ouvert auprès d'un établissement financier.

Le compte titres ordinaire correspond à l'une des façons de détenir des titres.

Conservation des titres

La conservation des titres consiste à mettre en place des infrastructures qui garantissent dans un environnement sécurisé, le dépôt, la restitution et la conservation de la valeur des actifs déposés.

La conservation des titres implique de recevoir les titres entrants, d’exécuter les livraisons ou de traiter des opérations telles que les encaissements de coupons ou les remboursements d’obligations.

Cotation au pied de coupon

La cotation au pied de coupon qualifie une cotation boursière pour laquelle une obligation est estimée séparément de la partie de ses intérêts.

La valeur en capital de l’obligation est donc qualifiée au pied de coupon quand elle exclut la partie des intérêts courus. Ceux-ci sont alors exprimés, sur la même ligne de cotation que l’obligation, mais ils sont regroupés sous le vocable de coupon couru.

Coupon

En finance, le coupon désigne le paiement d’un dividende par une entreprise ou d’un intérêt par un émetteur de titre de créance négociable. L’origine du mot coupon vient du coupon en papier qui était détaché autrefois des titres qui se présentaient eux-mêmes sous forme papier.

Lors de chaque versement d'intérêt ou de dividende, le propriétaire du titre remettait son coupon en papier contre paiement de la part de l’émetteur. Il est encore d’usage d’utiliser le mot coupon lors des paiements d’intérêts ou de dividendes. On parle alors de détachement de coupon.

Coupon couru

Le coupon couru d'une obligation correspond à la fraction d'intérêt annuel écoulé. Il est coté séparément de l'obligation.

Coupon unique

Le coupon unique correspond au coupon zéro, c'est-à-dire que le prêteur ne reçoit qu'un seul flux de trésorerie à échéance qui représente à la fois l'intérêt capitalisé et le remboursement du capital.

Courbe des taux

La courbe de taux est la représentation graphique de la fonction mathématique du taux d'intérêt effectif à un instant donné d'un zéro-coupon en fonction de sa maturité d'une même classe d'instruments .

Les taux représentés sont généralement des taux actuariels ou des taux zéro coupon. Les investisseurs se servent de la courbe des taux comme d'une référence du couple rendement/risque des différentes sortes de dettes par rapport aux taux de rendement sans risque attachés aux emprunts d'Etat.

La courbe de taux peut aussi servir d'indicateur pour anticiper l’évolution des taux d'intérêt. La courbe des taux la plus fréquemment utilisée est la courbe de taux zéro coupon.

Courbe des taux coupon zéro

Pour construire la courbe des taux, afin d'éviter des distorsions dues à des niveaux de coupons annuels différents, on ne retient que des titres qui ne versent pas de coupon, c'est-à-dire des obligations à coupon zéro. Étant donné qu'il n'existe généralement pas d'obligation coupon zéro cotée pour chaque échéance ou, s'il en existe, qu'elles sont trop peu liquides pour que leur taux de rentabilité actuariel soit significatif, il faut reconstruire la courbe des taux coupon zéro à partir des obligations cotées et liquides (les obligations d'État, OAT en France). Pour cela, on peut utiliser la méthode en escalier (on calcule le taux pour l'échéance 1 an puis on en déduit le taux zéro coupon 2 ans à partir du prix d'une obligation 2 ans et on réitère ainsi l'opération pour chaque échéance) ou bien on résout le système d'équations qui pour chaque obligation cotée et liquide l'équation met en relation le prix des obligations, les coupons et les taux coupon zéro pour chaque échéance.

Cours

La notion de cours correspond sur les marchés financiers à la valorisation d’un instrument ou d’un produit financier. Le cours des différents produits est notamment nécessaire dans le cadre des valorisations des portefeuilles des investisseurs. 

Cours boursier

Le cours boursier correspond à la valeur d'un titre qui est déterminée par la rencontre entre l’offre et la demande sur un marché boursier à un instant donné.

Le cours boursier peut être sujet, à de plus ou moins fortes variations, y compris en cours de journée, et plus particulièrement pour des actifs financiers, tels que les actions.

Couverture

La couverture est une pratique qui consiste à se protéger contre un risque non désiré. C'est un comportement général employé aussi bien par les industriels, qui cherchent à se prémunir contre les fluctuations des marchés de capitaux, que par les investisseurs sur les marchés financiers.

Couverture de risque

Utiliser pour réduire les pertes/gains substantiels subis par un individu ou une organisation.  

Coût de la dette

Comptablement, le coût de la dette correspond aux charges financières nettes des produits rapportées au niveau d'endettement net. Financièrement, le coût de la dette représente le taux de rentabilité exigé par les créanciers d'une entreprise pour refinancer son passif.

Credit Default Swap

Un Credit Default Swap (CDS) est un contrat par lequel un vendeur de protection s'engage, contre le paiement d'une prime, en cas d'événement affectant la solvabilité d'un émetteur, à dédommager l'acheteur.

Un Credit Default Swap implique un paiement de prime, mais, aucun flux monétaire n’intervient, tant qu’il n’y a pas de réalisation de l’événement de crédit stipulé à la négociation du contrat.

Croissance économique

La croissance économique qualifie une augmentation durable de l'activité économique d'un pays. La croissance économique se constate notamment par l'évolution des prix, de la production et des revenus sur une période donnée.

La progression, souvent trimestrielle ou annuelle, du Produit Intérieur Brut ou le Produit National Brut permet de mesurer la croissance économique qui peut être appréciée en volume ou à prix constants pour corriger les effets de l'inflation.

La croissance du Produit Intérieur Brut par habitant est souvent utilisée comme instrument de mesure et d'appréciation du niveau de vie.

Haut

D

Date de règlement

La date de règlement désigne chaque date convenue, comme telle entre les parties, où des paiements, des livraisons ou des transferts, doivent être effectués au titre d’une opération considérée.

La date de règlement des négociations boursières est standardisée sur les marchés organisés tels que la BRVM.

Dette

"La dette d'une entreprise représente l'argent mis à sa disposition par ses créanciers. On distingue les dettes d'exploitation, qui sont généralement à court terme et ne portent pas intérêt, et les dettes financières. Celles-ci ont toujours une échéance de remboursement, même lointaine, à la différence des capitaux propres. Leur rémunération étant de plus déterminée contractuellement et indépendante des résultats de l'entreprise, les créanciers ne courent pas le risque de l'aventure industrielle. Lorsque l'entreprise est liquidée, ils seront d'ailleurs remboursés prioritairement aux actionnaires ; en contrepartie, ils ne participent pas à la gestion de l'entreprise, et ne profitent pas de la croissance de l'entreprise lorsque celle-ci va très bien." Enfin l'endettement net, ou dette financière nette, d'une entreprise est le solde de ses dettes financières d'une part, du disponible et des placements financiers d'autre part. Elle représente la situation nette de l'entreprise vis-à-vis des tiers et hors cycle d'exploitation. C'est ce solde qui est utilisé dans le calcul de l'effet de levier."

Dette financière nette

L'endettement net, ou dette financière nette, d'une entreprise est le solde de ses dettes financières d'une part, du disponible et des placements financiers d'autre part. Elle représente la situation nette de l'entreprise vis-à-vis des tiers et hors cycle d'exploitation. C'est ce solde qui est utilisé dans le calcul de l'effet de levier.

Dette publique

La dette publique est la somme des engagements financiers encore dus par un Etat, par les collectivités publiques et par les organismes directement rattachés à l'Etat.

La dette publique apparait dès lors que le financement d'une charge budgétaire ne peut pas être assuré par une recette correspondante.

Les dettes publiques actuelles sont donc l'accumulation sur une longue période des déficits publics (annuel). Chaque année, la somme totale des dépenses inscrites au budget est supérieure à celle des recettes.

Aussi, à chaque nouveau déficit, les Etats ont recours au financement par l'émission de Bons du Trésor pour leurs besoins de ressources à court terme et à l'émission d'emprunt obligataire pour le financement de leurs investissements sur le long terme. De ce fait, les Etats sont devenus extrêmement dépendants de la confiance que peuvent avoir à leur égard les investisseurs sur les marchés financiers.

Dette souveraine

Une dette souveraine est l’expression appliquée à la somme de l’endettement d’un Etat. Ce montant intègre l’ensemble des déficits cumulés par l’Etat lui-même et également par les entités et organismes qui lui sont rattachés.

Une dette souveraine est principalement financée en recourant à l’émission de titres de créances sur les marchés financiers.

Dette à court terme

Une dette à court terme correspond à une somme d’argent empruntée à court terme (souvent inférieure à 1 an) par un agent économique (particuliers, entreprises, Etats,…) et qui reste due au créancier prêteur. Pour une entreprise, les dettes à court terme forment les ressources à court terme destinées à financer les emplois à court terme (éléments d'actifs à moins d'un an). Elle peut aussi bien correspondre à une facture à payer qu'à des comptes de fournisseurs.

La dette à court terme d'un Etat prend le plus souvent la forme d'emprunts d'État (dans l’UMOA, les Bons du Trésor).

Les Etats les moins solvables ont recours à court terme aux banques commerciales ou à des institutions internationales (Banque mondiale, Fonds monétaire international, …).

Dette à long terme

Une dette à long terme est une somme d’argent due par un agent économique à un créancier qu’il soit banque ou autre investisseur. Pour les entreprises ou les Etats, il s’agit le plus souvent de titres de créances émis sur les marchés financiers ou de prêts bancaires.

Selon les pays, l'échéance d’une dette à long terme peut être supérieure à un an ou plus.

Devise

Une devise représente une unité monétaire qui est le plus souvent émise par une banque centrale (CFA, euro, dollar, livre sterling…).

Dans le langage courant, le terme devise est couramment employé pour désigner une monnaie étrangère qui est différente de celle de son pays.

Chaque pays ou chaque zone géographique possède sa devise officielle. Chaque devise se subdivise généralement en une autre unité qui équivaut à une fraction de la monnaie en vigueur. Un code de trois lettres est utilisé pour identifier chaque devise, CFA, USD, EUR,….

Une devise est cotée sur le marché des devises (marché des changes ou forex) ou parfois par la banque centrale du pays. Elle peut être convertible et donc librement échangée contre d’autres devises ou non convertible.

Différé de remboursement

Le différé de remboursement correspond à la période qui se situe, le plus souvent, au début de l'emprunt, durant laquelle l'emprunteur n'a pas à rembourser de capital s’il s’agit d’un différé partiel, et de capital et d’intérêts, s’il s’agit d’un différé total.

Le différé de remboursement a donc pour effet de retarder le remboursement du capital (et parfois des intérêts) et d’accroître le coût final de l’emprunt.

Diversification - portefeuille

La diversification d'un portefeuille de titres ou d'actifs permet, soit de réduire le risque pour un niveau de rentabilité donné, soit d'améliorer la rentabilité pour un niveau de risque donné. La diversification maximale d'un portefeuille est obtenue pour le portefeuille de marché, qui regroupe tous les titres à leur prix d'équilibre. Pour un groupe la diversification permet de réduire le risque de volatilité des résultats, mais très souvent elle est difficile à gérer compte tenu des différences de cultures, de facteurs clés de succès qu'elle implique de maîtriser sur des marchés différents.

Duration

La duration se définit comme étant l'échéance moyenne pondérée de tous les flux de trésorerie (y compris le remboursement de capital) résultant d'un investissement.

La duration est donc un instrument de mesure permettant d’apprécier la sensibilité du prix d'un actif ou d'un portefeuille à un changement des taux d'intérêt.

La duration est exprimée en années, et pour toutes les obligations classiques, elle est plus courte que leur échéance. A contrario, les obligations à coupon zéro ont une duration équivalente à leur échéance.

Durée de l'emprunt

La durée de l’emprunt est le temps qui s'écoule entre la date à laquelle un agent économique contracte une dette à court, moyen ou long terme et le moment où ce même agent économique doit acquitter cette dette.

Durée de vie d'un emprunt

La durée de vie d'un emprunt est la période qui sépare son émission de son remboursement. Lorsque celui-ci s'effectue en plusieurs fois, on parle de durée de vie moyenne, qui correspond à la moyenne des durées de vie de chacune des tranches de l'emprunt.

Défaillance

La défaillance qualifie une personne morale ou physique qui n’exécute pas ses obligations.

Dans le cas d’une entreprise, la défaillance apparaît à partir du moment où une procédure de redressement judiciaire est ouverte à son encontre.

Défaut de paiement

Le défaut de paiement désigne une situation où un ou des débiteurs se retrouvent dans l’impossibilité de faire face, à un instant donné ou de manière persistante, à des dettes vis-à-vis de un ou de plusieurs créanciers.

Le défaut de paiement peut conduire, plus ou moins rapidement, une entreprise à la faillite.

Déficit

Le mot déficit s’applique essentiellement à un solde négatif entre des recettes et des dépenses.

On parle ainsi de déficit budgétaire dès lors que les recettes d’un État (hors remboursement d’emprunt) sont inférieures à ses dépenses (hors emprunt) au cours d’une année.

Déficit budgétaire

Le déficit budgétaire correspond à un solde négatif provenant du fait que les dépenses de l’État sont supérieures à ces recettes de l’année.

Le déficit budgétaire d'une année se traduit également par le montant des emprunts nouveaux qu’un État doit contracter.

Défiscalisation

La défiscalisation désigne l'essentiel des dispositions légales existantes qui donnent la possibilité à un contribuable de réduire le montant de son impôt. La défiscalisation est l'une des motivations et l'un des critères de choix d'un particulier ou d’une entreprise lorsqu'il (elle) procède à un investissement.

Ces lois autorisant la défiscalisation sont mises en place par les Pouvoirs Publics afin d'encourager l'investissement dans des secteurs économiques qu'ils souhaitent favoriser.

Dématérialisation

La dématérialisation consiste à transformer des supports matériels en des supports électroniques afin d’effectuer des opérations de traitement, d’échange et de stockage d’informations.

Les informations contenues sur ces supports dématérialisés restent identiques à celles indiquées sur les supports matériels et peuvent même être complétées.

La dématérialisation est appliquée dans l’UMOA aux valeurs mobilières ou, également sur le plan international, à la circulation entre les institutions financières des informations relatives à l’utilisation des moyens de paiement.

Dépositaire

Le dépositaire ouvre et administre des comptes courants de titres pour les teneurs de compte-conservateurs adhérents. Il centralise la conservation des titres et facilite leur transmission entre les intermédiaires financiers en opérant des virements de compte à compte.

Haut

E

Echu

Le mot échu signifie arriver à échéance. Lorsque le terme échu est associé à un paiement, avec une expression telle que « Payable à terme échu », cela signifie que le paiement doit être effectué par le débiteur lors de la présentation de la créance par le créancier.

Le paiement s’effectue alors à la fin du terme, soit le dernier jour de la période retenue dans le contrat.

Emission

Une émission est une opération financière qui consiste à créer des valeurs mobilières cotées ou non cotées. La procédure d’émission sur le marché primaire se déroule sur une période relativement courte.

Le placement d’une émission s’effectue grâce à l’intermédiation des grandes institutions financières. Une émission peut correspondre à des emprunts de capitaux (émission obligataires), à des levées de fonds propres (actions) ou à la création de produits financiers spécifiques.

Emission au pair

L'émission d'un titre a lieu au pair si la valeur du titre nouvellement créé est égale à sa valeur nominale. La notion d’émission au pair peut s’appliquer aux actions et aux obligations.

A titre d’exemple, la valeur d’une obligation émise au pair est égale à sa valeur nominale et ne comporte donc pas de prime d’émission.

Emissions internationales

Les émissions internationales sont des émissions de titres de créances négociables (notamment les obligations) ou des émissions d'actions qui sont effectués sur différentes places financières par un émetteur.

Les émissions internationales sont souscriptibles par l’ensemble des investisseurs au niveau international.

Emprunt obligataire

Un emprunt obligataire est un emprunt lancé par une entreprise, une banque, un Etat ou une organisation gouvernementale matérialisé sous forme d'obligations qui sont achetées par des investisseurs. Ces obligations sont le plus souvent négociables et d'un montant unitaire compris entre 500 et 100 000 euros qui prévoit le versement d'un intérêt, le plus souvent annuel, et un remboursement au terme de plusieurs années. Par rapport à un prêt bancaire avec lequel il est en concurrence au niveau de l'émetteur, l'emprunt obligataire permet à l'entreprise de diversifier ses sources de financement, en particulier lorsque les banques ont des difficultés à prêter.

Encours

L’encours est la somme total d’actifs ou de passifs, de crédits, de stocks, ou de valeurs détenus ou empruntés à un instant donné par un acteur économique.

Endettement net

L'endettement net, ou dette financière nette, d'une entreprise est le solde de ses dettes financières d'une part, du disponible et des placements financiers d'autre part. Elle représente la position créditrice ou débitrice de l'entreprise vis-à-vis des tiers et hors cycle d'exploitation. C'est ce solde qui est utilisé dans le calcul de l'effet de levier.

Euro-obligation

Une euro-obligation est une obligation qui est émise dans différents pays dans une devise autre que celle du pays de l’émetteur.

Haut

F

Flux de trésorerie

Un flux de trésorerie est un mouvement, entrée ou sortie, de liquidités. C'est le fondement de la finance puisque tout titre financier est évalué grâce aux flux de trésorerie qu'il secrète. En finance tout problème complexe se résout simplement quand on raisonne en termes de flux. L'ensemble des flux de trésorerie d'une entreprise peut par ailleurs être rattaché à l'un des trois cycles suivants : l'exploitation, l'investissement et le financement. Ils sont recensés dans le tableau de flux de trésorerie

Fongibilité

La fongibilité qualifie le caractère interchangeable des actifs détenus. La fongibilité s’applique donc à une monnaie (un billet de 100 euros pouvant être substitué sans perte de valeur à un autre billet de 100 euros) ou également à des titres.

Dans ce dernier cas, l’inscription des valeurs sous forme d’inscription sur des comptes titres a généralisé la notion de fongibilité pour une même catégorie de titres émis par un même émetteur.

Haut

G

Gré à gré

Le gré à gré qualifie une transaction enregistrée directement entre deux parties. Les opérations de gré à gré sont transactions réalisées sur mesure entre les parties dans un cadre réglementaire plus souple que sur un marché organisé.

Une opération de gré à gré s´oppose à une transaction réalisée sur un marché organisé (exemple d'un marché Boursier), où la transaction s'effectue sur une plate-forme informatique avec une centralisation des ordres.

Le marché interbancaire et le marché des changes sont des marchés où les opérations sont traitées de gré à gré.

Haut

H

Hedge

Terme anglais signifiant couverture ou se couvrir. 

Hedge fund

Les hedge funds, contrairement à leur nom qui signifie couverture, sont des fonds d'investissement non cotés à vocation spéculative. Ce sont des fonds spéculatifs recherchant des rentabilités élevées et qui utilisent abondamment les produits dérivés, en particuliers les options. Ils utilisent l'effet de levier, c'est-à-dire la capacité à engager un volume de capitaux qui soit un multiple plus ou moins grand de la valeur de leurs capitaux propres. Les hedge funds présentent l'intérêt d'offrir une diversification supplémentaire aux portefeuilles « classiques » car leurs résultats sont en théorie déconnectés des performances des marchés d'actions et d'obligations.

High yield (ou high yield bonds)

Les émissions obligataires à haut rendement sont des emprunts qui prennent en général la forme d'obligations à 5, 7 ou 10 ans. Il s'agit d'obligations émises par des sociétés en retournement ou présentant une faible surface financière, c'est à dire un niveau d'endettement élevé (LBO par exemple). Leur notation financière par les agences de rating est inférieure à BBB-. La rémunération de ces titres, comme leur niveau de risque, est donc très élevée. Cela leur donne un caractère spéculatif incontestable. On les appelait autrefois junk bonds.

Haut

I

Illiquidité

Une entreprise est en situation d'illiquidité lorsqu'elle ne peut plus faire face à ses échéances, conséquence d'une durée des emplois supérieure à celle des ressources.

Indice boursier

Les indices boursiers sont des indicateurs (benchmark) de la performance d'un marché ou d'un secteur économique.

Inflation

L’inflation est un mécanisme d'augmentation durable, globale, et auto-entretenu des prix des biens et des services. Il existe des causes multiples expliquant l'inflation.

Il peut s'agir d'une inflation générée par la demande dans laquelle les prix augmentent en raison d'une croissance trop rapide de la demande ou d'une inflation par l'offre due à la hausse des coûts de production, souvent liée à l'augmentation des salaires ou au coût des matières premières.

L'inflation est enfin, et aussi souvent considérée, comme la résultante d'une masse monétaire trop importante générant une tension constante sur les prix.

Intérêt

L'intérêt est une rémunération versée en contrepartie du blocage d'une épargne ou en rémunération d'un prêt.

Le montant de l'intérêt est régulièrement fonction de la durée du prêt ou de l’emprunt. Son niveau dépend également du risque de non remboursement associé à la contrepartie.

En fonction des émetteurs et des investisseurs, il peut être fixe ou variable.

Intérêts précomptés

Les intérêts sont dits précomptés quand ils sont calculés et déduits au début d’une période.

Haut

L

La valeur actuelle (VA)

C’est la valeur aujourd'hui (au présent) d'un paiement ou d'un flux de paiements promis de faire dans l'avenir. Alternativement, la VA est le montant qui doit être investi aujourd'hui afin de réaliser une quantité spécifique à une date future donnée. Le processus, à peu près l'inverse du calcul de valeur future (VF), implique l'utilisation d'un taux d'actualisation (voir taux d’actualisation). Ainsi, la VA de FCFA 1102.5 a reçu 2 ans (n) à partir de maintenant, actualisée à 5% (t), égal à 1000 FCFA. La formule utilisée est VA=VF/ (1+t) ^n

Le risque refinancement (connu comme « rollover » aux marches étrangères)

C’est le risque associé au refinancement de la dette. Ceci est communément rencontrés par les pays (et les entreprises) lorsque leur dette est sur le point de échéance et doit être payer par une nouvelle dette. Des difficultés pourraient être le manque de liquidité ou de la demande ou une augmentation des taux d'intérêt tout de qui posent des risques pour leur capacité à rembourser. Le risque de refinancement peut être géré par l'application d'outils de gestion de trésorerie tels que les rachats, les échanges de la dette et la gestion active des excédents de trésorerie.

Liquide

Une entreprise est dite liquide si ses ressources à court terme sont importantes par rapports à ses emplois à court terme

Liquidité

La possibilité d'acheter ou de vendre un titre sans affecter significativement son prix. 

Liquidité d'un marché

La liquidité d'un marché correspond à la possibilité pour un investisseur d'effectuer une transaction au prix affiché et pour un volume important sans affecter le cours du titre. Elle est d'autant plus forte que le nombre de titres admis sur le marché est important et que la fréquence des transactions est élevée. A contrario, un marché peu liquide subira une décote car le risque pris par l'investisseur est plus important.

Livraison

Le terme livraison désigne l’échange d’actifs contre règlement lors du dénouement des transactions qui ont été enregistrées sur un marché organisé ou de gré à gré.

La livraison se déroule, le plus souvent, par l’entremise d’un système de règlement/livraison automatisé.

L’Analyse Technique (aussi connu comme Charting)

C’est la pratique de l'utilisation des statistiques pour déterminer les tendances des prix de sécurité et de recommander des placements d'investissement basées sur ces tendances. L'analyse technique ne cherche pas à déterminer la valeur intrinsèque des titres, mais se concentre plutôt sur des questions telles que le volume des échanges, la demande et la volatilité. Les analystes techniques évaluent les tendances à court terme presque exclusivement. 

Haut

M

Marché

Le marché peut se définir comme étant le lieu où se rencontre l’offre et la demande de biens ou de capitaux. Le marché doit permettre à la fois l’échange et la fixation du prix.

Le marché obéit généralement à des règles spécifiques imposées pour l’échange et la fixation du prix de chaque bien ou actif. Il se voit régulièrement attribué une autorité de contrôle et de surveillance.

Marché des capitaux

Le marché des capitaux peut se définir comme étant un marché global de l’argent qui va comprendre l’ensemble des marchés où se négocie les capitaux et où se gère les risques y afférant.

Le marché des capitaux se structure à court terme autour du marché interbancaire et du marché des devises et à plus long terme autour du marché obligataire et action.

Marché efficient

Un marché est efficient lorsque le prix des titres financiers y reflète à tout moment toute l'information pertinente disponible. Dans un tel marché, il est impossible de prévoir les rentabilités futures, et un titre financier est à tout moment à son prix. Un tel marché est également appelé marché à l'équilibre ou marché parfait.

Marché monétaire

Le marché monétaire permet d’échanger et de placer des liquidités à court terme.

Marché obligataire

Le marché obligataire est un marché de prêts/emprunts de capitaux à moyen et à long terme dont le support est constitué par les obligations

Marché primaire

Le marché primaire est celui sur lequel les nouveaux titres financiers sont émis et souscrits par des investisseurs ; on y procède donc aux augmentations de capital, au placement d'emprunts obligataires. Il s'agit d'un marché du neuf des titres financiers, par opposition au marché secondaire qui en est le marché "d'occasion".

Marché secondaire

Le marché secondaire est celui sur lequel sont échangés entre investisseurs des titres financiers déjà créés (sur le marché primaire). En assurant la liquidité des investissements financiers, le marché secondaire assure la qualité du marché primaire et l'évaluation des titres financiers. Marchés primaire et secondaire sont donc très complémentaires.

Maturité

La maturité qualifie la durée résiduelle de vie d’un emprunt ou d’un placement.

Cette notion de maturité s’applique aussi bien à une obligation, à un crédit ou à d'autres instruments financiers.

La maturité correspond à la date à laquelle les dettes deviennent dues et devront être remboursées. La maturité est aussi l'échéance à laquelle l'investisseur récupère son principal. Par extension, elle peut qualifier la date de paiements d'intérêts.

Haut

N

Nominal

Le nominal est la valeur donnée à un actif monétaire ou financier lors de sa création. Ainsi, le nominal d'une action est sa valeur lors de la constitution d'une société. Pour une obligation, le nominal appelée aussi facial est fixé au moment de son émission.

Le nominal correspond au montant en capital permettant de calculer les intérêts et il sert de base de remboursement à l’obligation. Le nominal ne correspond que très rarement à la valeur de marché.

Notation financière

La notation financière est l’expression de la solvabilité d’un emprunteur. La notation financière se concrétise par différents types de notation.

Elle peut être le fait d’une banque centrale qui estime le risque de défaillance d’une entreprise, d’une agence de notation qui va apprécier le risque de défaillance à court et à long terme d’un émetteur ou enfin d’une institution financière qui recourt au scoring afin d’appréhender, de manière standardisée, le risque de défaut de l’emprunteur.

Note d'information

Dans le cadre d'un lancement d'offre publique, l'AMF demande qu'on lui remette un projet de "note d'information" détaillée, dans lequel l'initiateur de l'offre décrit ses activités, sa situation financière, sa stratégie, le nombre de titres de la société visée qu'il détient déjà et indique l'identité de ses principaux actionnaires. En outre, il doit expliquer pourquoi il souhaite acquérir la société visée et justifier le prix (ou la parité) proposé. Cette note est transmise à la cible qui doit donner des informations sur elle-même et se prononcer sur l'offre lancée. 

Haut

O

OAT

Les obligations assimilables du Trésor (OAT) sont des titres de dettes émis par l'Etat français.

Obligation

Une obligation est un titre de créance représentant la part d'un emprunt obligataire émis soit par des entreprises publiques ou privées, soit par l'État ou des collectivités territoriales.

Une obligation représente donc une dette à l’égard de l’investisseur.

Elle se définit par le nom de son émetteur, son taux d'intérêt, ses dates de paiement d’intérêts, son année d'émission et sa date de remboursement.

L’émetteur s’engage à verser un revenu constant, appelé intérêt, pendant toute la durée de l’emprunt, puis à rembourser sa dette au terme de la vie de l’obligation.

Obligation à coupon unique

Une obligation à coupon unique est un titre de dette dont le remboursement s'effectue à l'échéance uniquement avec le paiement des intérêts capitalisés. C'est financièrement similaire à une obligation à coupon zéro.

Obligation à taux fixe

Une obligation à taux fixe est un titre de dette dont l'échéancier de flux est parfaitement connu à l'émission car le taux du coupon a été fixé à ce moment-là et ne changera pas au cours du temps.

Haut

P

Pair

Le mot pair peut avoir plusieurs significations. En arithmétique, un nombre pair est ainsi divisible par deux. Dans le domaine financier, une émission au pair signifie qu’un titre (à l’exemple d’une obligation) émis pour une valeur de 10.000 Francs implique de la part de l’investisseur le versement effectif de cette somme.

Si ce même titre valant 10.000 Francs est émis au-dessous du pair cela implique alors que l’investisseur bénéficie toujours d’un titre valant 10.000 Francs mais qu’il verse un montant inférieur (exemple 9.800 Francs) pour en devenir le propriétaire.

Il sera néanmoins remboursé, tel que prévu dans le contrat d’émission, pour une contre-valeur de 10.000 Francs.

Pension livrée

La pension livrée est un contrat par lequel un investisseur institutionnel ou une entreprise peut échanger pour une durée déterminée, auprès d’un autre acteur appartenant essentiellement aux catégories précitées, ses liquidités contre des titres financiers et inversement.

La pension livrée implique une rémunération.

Placement garanti

Mode d'introduction en bourse également appelé placement global, où une (ou plusieurs) banque organise le marketing et la vente des titres auprès des investisseurs institutionnels grâce à la technique du book-building. Le prix fixé à l'issue de la constitution du livre d'ordres sert de référence pour la fixation du prix de l'offre à prix ouvert. Les autres tranches (employés et particuliers principalement) utilisent d'autres méthodes de placement.

Placements financiers

Ce sont des placements destinés à rémunérer les liquidités dont dispose l'entreprise. On distingue les produits de placement sans marché secondaire (dépôt à terme, bon de caisse, réméré sur obligation, prêt de titre) et les produits de placement avec marché secondaire (bon du Trésor négociable, certificat de dépôt, SICAV monétaires ou de trésorerie, fonds commun de placement, fonds commun de créances, obligations, actions).

Plan de trésorerie

Le plan de trésorerie prend la forme d'un tableau présentant l’ensemble des décaissements et des encaissements prévus au cours d’un exercice, en les ventilant mois par mois.

Chaque entrée ou sortie de fonds doit être enregistrée dans la colonne du mois où elle doit normalement se produire.

Le plan de trésorerie permet ainsi de déterminer le solde de trésorerie du mois et un solde de trésorerie cumulé d'un mois sur l'autre, et donc de savoir, par rapport aux prévisions d'activité, si les disponibilités permettront de faire face aux décaissements.

Si le plan de trésorerie fait apparaître une impasse de trésorerie à un moment donné, le trésorier ou dirigeant peut alors prendre les dispositions nécessaires.

Prime de liquidité

La prime de liquidité est une rémunération supplémentaire demandée par les investisseurs lorsque la durée d’émission d’un emprunt est longue, rendant souvent plus difficile la vente des titres.

Prime de risque

La prime de risque d'un marché financier mesure l'écart de rentabilité attendue entre le marché dans sa totalité et l'actif sans risque (l'obligation d'Etat). Dans la zone Euro, elle oscille entre 3 et 6 %. Pour déterminer la prime de risque propre à chaque titre, il suffit ensuite de multiplier la prime de risque du marché par le coefficient bêta du titre en question.

Prix d'émission d'un emprunt

Le prix d'émission d'un emprunt est le prix auquel un emprunt est émis, autrement dit le prix que les souscripteurs (investisseurs) paient pour obtenir une coupure de l'emprunt.

Produit Intérieur Brut

Le produit intérieur brut (PIB) est la somme de la production de biens et services réalisée sur le territoire national d'un pays quelle que soit la nationalité des producteurs pendant une période donnée.

Le produit intérieur brut ne prend pas en compte les richesses produites par les entreprises du pays sur les marchés de l'extérieur.

Le produit intérieur brut peut être calculé par trimestre mais sa période habituelle de référence est annuelle.

Le PIB est un indicateur phare de l'activité économique d'un pays. Il permet de mesurer d’une année sur l’autre l’évolution économique d’un pays et de comparer l’importance et l’évolution des pays les uns par rapport aux autres.

Haut

R

Remboursement d'un emprunt in fine

Il s'agit d'un remboursement dans le cadre duquel le capital est remboursé in fine, c'est-à-dire en fin d'échéancier.

Remboursement in fine

Le remboursement in fine correspond au remboursement de la totalité du capital d’un emprunt au terme de sa durée de vie.

Dans le cadre d’un remboursement in fine, l'emprunteur paie uniquement les intérêts de son emprunt durant sa durée de vie.

A terme, il rembourse le capital, en une seule fois. Ce type de remboursement se rencontre à l’occasion d’émissions obligataires mais aussi avec les prêts immobiliers in fine consenti, par les banques, à des particuliers.

Remboursement par amortissement constant

Le remboursement par amortissement constant s’effectue durant toute la vie de l’emprunt, à un rythme défini dans le contrat d’émission.

Avec l’amortissement constant, les remboursements sont échelonnés tout au long de la période de l’emprunt sachant que le montant consacré au remboursement reste stable pendant toute la durée de vie de l’emprunt.

Remboursement par annuités constantes

Le remboursement par annuités constantes consiste pour un émetteur à payer aux détenteurs d’obligations une somme fixe à une période déterminée dans le contrat d’émission ou lors de l’octroi d’un crédit par une banque aux dates fixées dans le contrat de prêt.

Lors d’un remboursement par annuités constantes, le montant des annuités reste stable pendant toute la durée de vie de l’emprunt.

Rendement actuariel

Au sens monétaire et financier, le terme rendement est souvent synonyme de rentabilité. Le rendement d'une action correspond au dividende rapporté au cours de l'action.

Le rendement prend alors en compte les revenus versés par l'entreprise en excluant la valorisation positive ou négative du capital.

Le rendement d'une obligation est appelé rendement actuariel, et il varie au fil du temps, en fonction du cours de l'obligation. Le rendement actuariel représente la rentabilité obtenue en gardant l'actif financier (fréquemment une obligation) jusqu'à son remboursement et en réinvestissant les intérêts au même taux actuariel.

Ressources financières

Elles correspondent aux deux grands types de capitaux qui financent l'actif économique : les capitaux propres et l'endettement net.

Risque

Le risque est la réalisation d’un événement futur incertain qui peut impliquer, s’il se réalise, des conséquences négatives pour un acteur ou pour une situation économique donnée.

Dans le domaine financier, le risque se présente sous de multiples formes, les plus célèbres d’entre-eux étant le risque de taux d’intérêt, le risque d’évolution des cours (change, actions) et le risque de contrepartie.

Risque d'un titre financier

Le risque d'un titre financier représente les fluctuations de valeur de celui-ci ou, ce qui revient au même, la volatilité de la rentabilité du titre. Plus cette volatilité est élevée, plus le risque est élevé et inversement. On exprime mathématiquement la volatilité du titre par l'écart-type des rentabilités : elle s'interprète alors comme une mesure de la dispersion des rentabilités autour de la rentabilité moyenne.

Risque de crédit

Le risque de crédit se définit comme étant la probabilité qu’un débiteur soit dans l’incapacité de faire face au remboursement du crédit octroyé par une institution financière. Le risque de crédit est bien évidemment fonction de la qualité de l’emprunteur.

Lorsqu’il s’agit des particuliers ou de petites entreprises, le risque de crédit est souvent appréhendé à partir de l’analyse du dossier de crédit et par la prise de garanties.

Pour les crédits destinés aux grandes entreprises, les notations des agences de rating permettent de mieux appréhender le risque de crédit.

Risque de liquidité

C'est le risque de ne pouvoir vendre à son prix un titre financier. Il peut se traduire, soit par une impossibilité effective de le vendre, soit par une décote dite d'illiquidité.

Risque de marché

Le risque de marché est le risque de perte qui peut résulter des fluctuations des prix des instruments financiers qui composent un portefeuille d'actifs ou éventuellement un passif.

Les différents facteurs de risques liés au marché sont les taux d'intérêt, les cours de change, les cours des actions et les prix des matières premières. Les variations de ces différents éléments donnent naissance au risque de marché.

Risque de taux d'intérêt

Le risque de taux d'intérêt est le risque que fait courir, au porteur d'une créance ou à un emprunteur à taux fixe ou à taux variable, l'évolution des taux d’intérêt entre la date de contraction d’un engagement (prêteur ou emprunteur) et la date du règlement de la dette.

Le risque de taux d'intérêt implique fréquemment un risque de moins-value temporaire ou définitif en capital. Il peut s’appliquer aussi bien à un investisseur en titres de créances négociables qu’à un prêteur de deniers.

Risque financier

Les risques financiers (risque de liquidité, de change, de taux,) ne porte pas directement sur les flux et son propres à la sphère financière. Ces risques ne sont pas imputables à l'entreprise mais à des événements financiers externes.

Haut

S

S.V.T. (Spécialiste en Valeurs du Trésor)

Les Spécialistes en Valeurs du Trésor sont des banques ou des sociétés de bourse sélectionnées pour être les intermédiaires privilégiés entre un Etat et les investisseurs.

Les Spécialistes en Valeurs du Trésor participent régulièrement aux adjudications des titres d’Etat. Ils affichent aussi en permanence des cours acheteurs et vendeurs.

Salle de marchés

La salle des marchés regroupe les différents services spécialisés permettant aux institutions financières d'intervenir sur les marchés de capitaux domestiques et internationaux.

Les opérateurs qui y travaillent sont chargés de prendre des positions sur les marchés d'actifs pour le compte de l'établissement ou de la clientèle.

La salle des marchés fait partie du front office et constitue l'un des principaux services d'une banque d’investissement.

Sensibilité

La sensibilité d'une obligation mesure la variation de sa valeur en pourcentage induite par une variation donnée du taux d'intérêt. Mathématiquement, elle est égale à la valeur absolue de la dérivée de la valeur de l'obligation par rapport au taux d'intérêt, divisée par la valeur de l'obligation.

Solvabilité

La solvabilité apprécie la capacité d’un emprunteur à assumer l’ensemble de ses engagements en cas de cessation de son activité lorsqu’il s’agit d’une entreprise ou en cas de perte d’emploi lorsqu’il s’agit d’un particulier.

La solvabilité est d’autant plus importante que la quantité, la valeur et la qualité des actifs appartenant à un emprunteur est grande.

Soumission

La soumission est une offre faite par une personne qui souhaite acheter des biens, des marchandises ou des services, dans le respect d’un cahier des charges précis.

La soumission est une pratique régulièrement mise en œuvre par les Etats à l’occasion des adjudications d’emprunts d’Etats.

Stratégies Obligataires

Il existe de nombreuses stratégies que les investisseurs peuvent utiliser pour investir dans des obligations. Les approches "buy-and-hold" répondent aux besoins des investisseurs qui recherchent un revenu et ne sont pas prêts à faire des prédictions. Les stratégies middle-of-the-road comprennent "l'indexation" et de " l’immunisation", qui offrent tous les deux une certaine sécurité et prévisibilité. Ensuite, il y a le "monde actif", qui n’est pas pour l'investisseur occasionnel. Chaque stratégie a sa place et lorsqu'elles sont appliquées correctement, peut atteindre les objectifs pour lesquels elles ont été conçues.

Structure de la Dette

Une structure de la dette fournit un historique du passif d’un pays ou d'une entreprise, ce qui indique aux investisseurs les dates d'échéance des dettes. L'idée est de dire aux investisseurs en combien de temps le pays ou l'entreprise doit régler les dettes et s’il a la liquidité  pour ce faire. Le terme «structure de la dette» se fonde sur le concept de la dette, ce qui est une somme d'argent qu’un emprunteur doit rembourser par versements périodiques ou en in fine.

Sukuk

Le sukuk est un produit financier de la finance islamique qui est créé de façon à ce que son propriétaire assume un risque de crédit mais, également, que sa rémunération corresponde à une part de profit et non à un intérêt fixe.

Le sukuk a une échéance fixée d'avance et il est adossé à un actif permettant de rémunérer le placement.

Le sukuk fait partie des produits financiers conformes aux principes de la Charia (interdiction de l’intérêt et de la spéculation).

Syndicat d’émission

Un syndicat d’émission est un syndicat d’institutions financières qui est constitué à l’occasion de l’émission de valeurs mobilières.

Le rôle du syndicat d’émission est de placer pour le compte d’un émetteur des actions ou des titres de créances négociables.

Le syndicat d’émission est rémunéré en fonction de la nature de ses engagements et des garanties données à l’émetteur.

Haut

T

Tableau des opérations financières

Le tableau des opérations financières est un tableau, réalisé par la comptabilité nationale, permettant de retracer les opérations financières effectuées par les différents agents économiques.

Le tableau des opérations financières reprend les encours d'actifs et de passifs financiers, évalués à prix courants, ou également les encours de dépôts et de crédits pour leur valeur nominale.

Tableau d’amortissement

Le tableau d’amortissement est un document indiquant le montant dû par l’emprunteur à chaque échéance du crédit.

Le tableau d’amortissement reprend dans le détail la répartition du remboursement entre le montant du capital, le montant des intérêts et celui relatif aux assurances.

Taux

Le taux correspond au coût de l'argent, soit pour emprunter, soit pour prêter (taux d'intérêt) des capitaux ou pour échanger une monnaie contre une autre monnaie (taux de change).

Le taux est exprimé, le plus souvent, en pourcentage (taux d’intérêt) ou en cours (change). Le taux peut porter sur des durées allant du plus court terme (le jour le jour) au très long terme.

Taux actuariel

Par convention, un taux actuariel est un taux d'un placement ou d'un investissement d'une durée d'un an et pour lequel les intérêts sont reçus ou payes au bout d'un an. Ainsi un taux actuariel de 10% transforme une somme de 100 en une somme de 110 au bout de 365 jours. Comme il existe une multitude de taux et de modalités de payer les intérêts, il est difficile de les comparer directement entre eux : un taux de 6,1% par an avec intérêts payables à terme échu est-il meilleur ou moins bon qu'un taux de 6% par an avec intérêts payables tous les trimestres ? (en fait le moins cher est le premier). Aussi les transforme-t-on sur une base commune, le taux actuariel, pour pouvoir les rendre directement comparables. Le taux actuariel dans le premier cas est de 6% et de 6,14% dans le second cas.

Taux actuariel

Le taux actuariel est le taux de rendement véritable d'un placement. Il est particulièrement utilisé dans le monde bancaire et financier.

Il s'applique aux rendements associés aux produits de placement, aux émissions d'emprunt ou aux crédits.

A titre d'exemple, pour les emprunts obligataire, son calcul utilise la méthode des intérêts composés et tient compte de toutes les modalités de l'émission : montant de l'intérêt, prime d'émission, prix de remboursement, durée de vie de l'emprunt...

Le calcul de ce taux implique que le porteur conservera son titre jusqu'à la date de remboursement et que le rythme des remboursements suivra le tableau d'amortissement théorique.

Taux d'endettement

Le taux d’endettement mesure le niveau d’endettement d’un agent économique. Il met en relation l’ensemble de ses revenus et de ses dettes.

Il permet d’avoir une indication globale de l’ampleur de l’endettement par rapport aux ressources et ainsi d’apprécier la capacité d’endettement du demandeur de financement.

Taux d'intérêt

D'une manière générale, le taux d'intérêt, ou loyer de l'argent, rémunère la renonciation à une consommation immédiate, donc le temps. Il permet donc de dissocier la décision de consommer de celle d'investir en permettant à l'individu de s'ajuster soit en levant des ressources supplémentaires soit en plaçant des ressources excédentaires. Dans le cas des titres de créance, le taux d'intérêt caractérise le taux de rémunération du prêteur, déterminé contractuellement. Cette rémunération peut provenir du coupon par le biais du taux nominal ou facial, mais aussi de la prime d'émission ou de remboursement.

Taux d'intérêt réel

C’est le taux d'intérêt mesuré en termes de FCFA constant (ce qui  correspond au taux d'intérêt nominal déflaté de l'inflation); il est  approximativement égal au taux d'intérêt nominal moins l'inflation. Le taux d'intérêt réel est le principal outil/cible que les autorités monétaires utilisent pour contrôler l'inflation. Exemple : Taux nominal (t) = 5%, inflation (prévue) = 2%, taux réel = 5-2= 3%

Taux d’actualisation

Le taux d’actualisation est calculé pour déterminer la valeur actuelle de flux futurs.

Le taux d’actualisation permet d’apprécier la valeur des flux futurs à la date d'aujourd'hui. Il permet ainsi de comparer des flux financiers se produisant à des dates différentes.

Le taux d’actualisation est un taux toujours positif puisque corrélé au temps.

Les grands acteurs économiques (banques ou entreprises), dans leurs opérations d’investissement ou d’emprunt, raisonnent principalement à partir des taux d’actualisation.

Taux facial

Le taux facial ou nominal d'un emprunt permet de calculer les intérêts dus. Il suffit de le multiplier par la valeur nominale de l'emprunt. Il ne prend pas en compte la date effective des flux de trésorerie.

Taux fixe

Comme son nom l'indique, un titre de dette à taux fixe signifie que le titre de dette a un taux de rémunération fixé au moment de l'émission du titre de dette (par opposition aux titres de dettes à taux variable). Notons que le détenteur d'un titre de dette à taux fixe s'expose au risque de taux (car la valeur du titre de dette varie en fonction du taux du marché) et au risque de réinvestissement des coupons.

Taux équivalents

Des taux d'intérêt se rapportant à des périodes différentes sont dits équivalents si la valeur future d'une même somme à une même date est la même avec chaque taux.

Titre de créance

Le titre de créance est une reconnaissance de dette standardisée émise sur un marché négociable.

Il peut s’agir d’un titre de créance négociable à court terme, à moyen terme ou enfin à long terme.

Titre financier

Un titre financier se caractérise par une série de flux futurs de trésorerie qui sont plus ou moins risqués. On distingue les titres représentatifs de capitaux propres (les actions), les titres représentatifs de l'endettement (obligations, billets de trésorerie, certificats de dépôt, bons du Trésor,...) et les titres optionnels ou conditionnels (options).

Titres

Les titres sont des supports qui matérialisent des créances détenus par des agents économiques, qualifiés d’investisseurs sur d’autres agents économiques, appelés emprunteurs.

Les titres peuvent être purement financiers et se référer à des prêts ou à des investissements en capital ou être adossés à des transactions économiques.

Titres dématérialisés

Les titres dématérialisés sont des titres inscrits en compte chez le dépositaire central national.

TMP

Il a été remplacé par l'EONIA en janvier 1999. Le TMP (taux moyen pondéré) était un taux au jour le jour du marché monétaire. C'est un taux moyen pondéré par les montants des transactions déclarées, pour un échantillon représentatif d'établissements admis au marché interbancaire.

Transaction

Le terme de transaction peut consister, dans le domaine de la finance, en un achat ou une vente en bourse ou à une transaction financière entre deux parties.

Trésor public

Le Trésor public est un organisme qui juridiquement se confond avec l’Etat lui-même et qui a en charge différentes missions que l’Etat lui a confiées.

Il regroupe plusieurs services avec principalement la direction générale du Trésor et les services du Trésor.

Le Trésor public répond à trois grandes missions :

  • il est le caissier de l’Etat en assurant la gestion et le contrôle de la régularité de ses comptes et en recouvrant la plupart des impôts ;
  • il est son comptable, en établissant la comptabilité de toutes les personnes morales de droit public ;
  • et enfin, son financier en émettant des emprunts ou en mobilisant les dépôts effectués par les correspondants du Trésor.

Haut

U

Union économique et monétaire

Une union économique et monétaire regroupe des pays ayant adopté une monnaie unique et qui forme une zone de libre-échange grâce à l’ouverture de leurs marchés économiques.

Cette union économique et monétaire est régulièrement associée à l’harmonisation des différentes politiques économiques et fiscales des pays participants.

Haut

V

Valeur de marché

La valeur de marché de tout titre financier est le prix auquel il peut être acheté ou vendu, en particulier sur le marché secondaire.

Valeur future (FV)

C’est la valeur à une date future d'un investissement réalisé aujourd'hui. La formule utilisée est : VF = VA + VA(t) = PV (1 + t) ^n

Exemple: Placement de FCFA 1000 aujourd'hui (Valeur Actuel, VA) à 5% d'intérêt (t) donne FCFA 1102,5 en 2 ans (n). Ainsi, la VF de FCFA 1000 aujourd'hui à 5% d'intérêt est FCFA 1102,5 en 2ans. La formule est VF = VA + VA(t) = PV (1 + t) ^n

Value at Risk

La Value at Risk représente le risque de perte maximale qui ne devrait être atteinte qu'avec une probabilité donnée sur un horizon temporel précis et pour un niveau de confiance défini.

La Value at Risk se détermine à partir de données historiques ou se déduit des lois statistiques habituelles.

Elle a trouvé de nombreuses applications, notamment en matière de gestion de risques, et avec la mise en place des accords de Bâle 2.

La Value at Risk a été introduite, au début des années 90, par la banque d'affaires JP Morgan.

Volatilité

La volatilité est définie généralement à partir de l’écart type des variations de cours.

La notion de volatilité, historique ou implicite tient aujourd’hui une place importante dans l’étude des marchés.

La volatilité est un élément indispensable pour diversifier les portefeuilles, gérer le risque ou pour calculer les prix des dérivés.

La volatilité permet d’apprécier l’amplitude des mouvements enregistrés sur un sous-jacent (action, indice, matières premières…).

Haut