REMTP 2020 : rétrospective d’une conférence riche en échanges sur le marché régional de la dette souveraine

REMTP 2020 : rétrospective d’une conférence riche en échanges sur le marché régional de la dette souveraine

Retour en images sur le REMTP 2020

 

Du 8 au 10 janvier 2020, s’est tenue au Pullman Dakar Teranga, la 2ème édition des Rencontres du Marché des Titres Publics (REMTP). L’Agence UMOA-Titres (AUT), de concert avec son partenaire de longue date FSD Africa , a réuni au cours d’un forum, plus de 150 participants dont 25 speakers de renom, tous issus des sphères financières régionale et internationale. Avec un programme riche et des thématiques d’intérêt général abordées, les REMTP 2020 ont tenu toutes leurs promesses à travers la tenue de quatre (04) panels de qualité, quatre (04) sessions de focus pays dédiées aux émetteurs de la zone UEMOA et deux (02) ateliers techniques animés par First Finance.

L’instauration de cet évènement majeur axé sur les enjeux et les défis du marché régional de la dette souveraine et organisé à fréquence régulière, a été identifiée comme un des moyens phares pour renforcer le leadership du Marché des Titres Publics et contribuer à le positionner comme une véritable option d’investissement.

Forte affluence des acteurs de l’écosystème financier

A l’instar de la 1ère édition, celle de 2020 a été largement plébiscitée par les acteurs du marché qui ont répondu présents, notamment les banques, les sociétés de gestion et d’intermédiation, les compagnies d’assurance, les caisses de retraite ainsi que les partenaires de l’AUT. “Cet engouement démontre que l’initiative intéresse de près les investisseurs, les émetteurs  ainsi que les autres acteurs du milieu.” souligne Adrien DIOUF, Directeur de l’Agence UMOA-Titres, dans une interview accordée au journal Financial Afrik

En 2019, le Marché des Titres Publics de la zone UEMOA a levé 3 420 milliards de FCFA pour le compte des huit Etats, un chiffre record depuis la création de l’Agence UMOA-Titres en 2013. À noter que 1 775 milliards de ce montant proviennent des obligations soit un taux de 52 %. Une grande première dans l’histoire des titres publics de l’Union. De plus, environ 20 % des émissions sur 2019, ont enregistrées des maturités supérieures à 5 ans. “Autant d’éléments qui prouvent que notre marché est en train d’évoluer vers sa maturité. Nous allons de plus en plus vers des financements à long terme.” conclut le Directeur de l’Agence UMOA-Titres.

Des sessions tournées vers le développement du marché de la dette souveraine et les stratégies de financement des émetteurs

La 2ème édition des Rencontres du Marché des Titres Publics a débutée par une séance d’ouverture qui a connu une allocution du Directeur de l’Agence UMOA-Titres, M. Adrien DIOUF. Ce dernier a mis l’accent sur l’importance que revêt cet événement pour le marché régional. Il a notamment insisté sur les avancées majeures du MTP depuis sa mise en place et qui se traduit par l’affluence des investisseurs. Résultat, le marché enregistre un taux moyen pondéré des émissions en baisse de 35 points. Le Directeur a continué en saluant l’accessibilité prochaine des SGI au MTP afin de fluidifier les échanges de titres publics émis  par adjudication. Il a noté une amélioration de la production des informations mises à disposition des investisseurs, notamment la diffusion hebdomadaire des courbes de taux basées sur les données du marché primaire et enfin il a évoqué les perspectives du marché sur 2020.

La session d’ouverture de l’événement s’est poursuivie par une présentation d’expert sur l’innovation financière au service de la mobilisation de l’épargne en zone UMOA dans un contexte économique mondial marqué par des taux d’intérêts négatifs en Europe. Cette présentation a été faite par M. Abdou CISSE, expert financier et Président Directeur Général du groupe Cisco Consulting. Dans son intervention, il a spécialement insisté sur la nécessité de créer un véritable modèle de gestion actif/passif conforme aux réalités du marché financier de la zone UEMOA. La stratégie proposée par le Consultant en Actuariat et Finance permettrait, selon lui, d’anticiper d’éventuels chocs provoqués par des causes extérieures au système considéré, notamment les grandes places boursières mondiales. 

Par la suite, une fenêtre a été ouverte sur l’avenir de la finance à travers la finance verte. Cette session a connu une allocution de Son Excellence Mme Victoria BILLING, Ambassadeur de la Grande Bretagne au Sénégal. Son discours s’est, particulièrement porté sur la collaboration entre l’Afrique et le Royaume Uni pour une coopération dans le but de hisser la croissance économique de l’Afrique par la réduction des émissions de gaz à effet de serre. L’Afrique Subsaharienne en est un parfait exemple avec un financement du fonds vert de 148 millions de livres sterling dont la région a bénéficié pour le développement du secteur des énergies renouvelables. Cette coopération, se concrétise, entre autres, à travers des conseils techniques en développement de projet ainsi qu’un financement de démarrage offerts aux PME. En d’autres termes, les stratégies mises en œuvre pour la coopération entre le Royaume Uni et l’Afrique dans le cadre de la finance verte, ont pour ambition d’attirer des investisseurs à l’échelle nationale et internationale. 

L’intervention de l’Ambassadeur de Grande Bretagne au Sénégal  a, par la suite, été appuyée par l’intervention de M. Evans OSANO, Directeur des Marchés financiers de FSD Africa dans un contexte plus technique axé sur le marché des obligations vertes.

Les REMTP 2020, se sont traduits également par quatre (04) panels avec un format spécial. En effet, chaque panel a été introduit par une présentation du contexte global de la thématique, qui par la suite a été discutée en profondeur et sous différents points de vue par les différents intervenants. Ainsi, au cours de ces 3 jours, les  thèmes suivants ont été abordés: 

Panel 1 : “Quelle place pour le MTP dans le marché financier de la zone UEMOA ?”, modéré par M. Adrien DIOUF avec la participation de :

  • M. Cheikh Tidiane DIOP du Trésor Public du Sénégal 
  • M. Mamadou  NDIAYE du CREPMF 
  • M. Mohamed El Fadel KANE du Groupe Société Générale
  • M. Paul-Harry AITHNARD de Ecobank Côte d’Ivoire

La présentation introductive a porté sur l’évolution des marchés financiers africains et a été faite par M. OSANO de FSD Africa.  

Il a été constaté, lors ce panel 1,  que le marché financier a connu une progression non négligeable depuis les réformes appliquées en 1999. Cependant, l’instauration de l’Agence UMOA-Titres, devenue opérationnelle en 2013 a davantage propulsé le secteur. Quelques déficiences structurelles ont, toutefois, été soulevées notamment au niveau de l’exploitation du marché secondaire qui s’avère extrêmement limité. 

Panel 2 : “Politique monétaire, changements réglementaires : quels impacts sur la politique d’investissement ?”, modéré par M. Diéne Mouhamed KAMARA, de l’African Financial Agent avec la participation de :

  • M. Antonin DOUSSOU de la BCEAO
  • M. Babacar TOURE de la Banque de DAKAR
  • M. Eric LEMARCHAND de AFRITAC de l’Ouest 
  • M. Papa Massamba SALL de CITIBANK Sénégal

La présentation introductive a porté sur le cadre règlementaire et a été faite par M. DOSSOU de la BCEAO. Le panel 2 a permis de conclure que ces dernières années, différents changements ont amené les investisseurs, notamment les banques et institutions financières, à modifier leur comportement d’investissement dans les titres souverains de la zone. Jusqu’à ce jour, elles demeurent les prêteurs de premier ressort, spécialement la Banque Centrale.  Cependant, ces établissements éprouvent des difficultés à investir dans des titres liés au marché secondaire, car ne disposent pas du portefeuille nécessaire pour contribuer au développement du secteur. 

Panel 3 : “Attirer les investisseurs étrangers”, modéré par Mme Kadidiatou FADIKA-COULIBALY de HUDSON avec la participation de : 

  • M. Abid HALIM de la SIB Côte d’Ivoire
  • M. Antonio VELANDIA-RUBIANO de la Banque Mondiale
  • M. Antoine YOBOUE du Trésor de Côte d’Ivoire
  • M. Clément NDIAYE de ABCO Bourse

La présentation introductive a porté sur une revue des expériences internationales des stratégies destinées à attirer les investisseurs étrangers notamment avec le cas de l’Ukraine. Cette présentation a été faite par M. VELANDIA-RUBIANO.

Le panel 3, ayant pour objectif d’apporter des solutions pour la diversification de la base d’investisseurs, a permis d’en apprendre davantage sur les raisons qui entravent une entrée et une présence massive des capitaux étrangers sur le marché local. En effet, une des raisons évoquées qui pourrait représenter un frein pour les investissements étrangers, est liée à la philosophie d’investissement des acteurs internationaux, n’étant pas spécifique à l’UEMOA. La discussion a ainsi, tournée, autour des différentes stratégies à mettre en œuvre, afin de remplir les conditions  nécessaires à plus d’attraction des investisseurs dans la zone. 

Panel 4 “Les TCN, outil de financement des entreprises par le marché : bilan et perspectives”  modéré par M. Madi OUEDRAOGO de l’Agence UMOA-Titres. Le panel 4, a ainsi été honoré par la participation de :

  • M. Aboubacar SANI ABDOU de la BOAD
  • M. Charlie DINGUI de la BCEAO
  • M. Karl VON KLITZING de KFW Sénégal
  • Mme Marie-Odile KANTOUSSAN de CGF Bourse

La session a été précédée par la présentation de M. DINGUI sur le cadre règlementaire des  TCN dans l’UMOA. 

Le panel 4 a permis de partager les expériences des uns et des autres sous forme de bilan sur les Titres de Créances Négociables en tant qu’outil de financement par le marché.

 

Quant aux sessions dédiées aux émetteurs de la zone, Il était surtout question d’aborder les différentes stratégies mises en œuvre pour optimiser la croissance économique de chaque pays. 

  • Le focus pays 1 (journée du 8 janvier) a été dédié  au Bénin et au Togo  sur la thématique des réformes pour la croissance
  • Le focus pays 2 (journée du 9 janvier)  a concerné la Guinée-Bissau et le Niger autour du défi de la diversification de l’économie
  • Le focus pays 3 (journée du 9 janvier) consacré au Burkina et au Mali , a porté sur l’or, facteur de résilience 
  • Le focus pays 4 (journée du 10 janvier) a mis à l’honneur les Etats du Sénégal et de la Côte d’Ivoire sur le thème de la contribution du secteur privé à la croissance.

 

Pour finir, deux (02) ateliers de formation se sont également tenus les 8 et 9 janvier. Ces séances menées par M. Eric MAINA de First Finance ont permis aux participants de renforcer leurs capacités sur les thématiques liées au pricing et à  la gestion de portefeuille.

MTP : perspectives 2020

Le développement du MTP pour 2020 s’articule sur trois (03) axes stratégiques: le renforcement de l’efficience du Marché des Titres Publics, l’élargissement de la base des investisseurs régionaux et l’attractivité des investisseurs hors zone.

  1. L’efficience du MTP se traduit par trois volets spécifiques :
  • la standardisation des titres à travers des titres in fine à 5 et 7 ans ainsi qu’une stratégie de titres benchmarks;
  • le renforcement des capacités par la mise en place de la Comité de pilotage CISI-UMOA en sus des Modules additionnels;
  • la vulgarisation des titres publics par le biais de l’épargne, l’investissement, les marchés financiers et le MTP

      2. L’élargissement de la base des investisseurs régionaux est caractérisée par :

  • le profilage à travers l’évaluation de leurs présences et leurs capacités d’investissement;
  • le diagnostic par le cadre réglementaire et stratégie d’investissement;
  • la stratégie par la mise en œuvre des réformes et stratégie de promotion du MTP ;
  • la distribution à travers l’opérationnalisation de l’accessibilité des SGI.

       3. Et pour finir, l’attractivité des investisseurs hors zone sera concrétisée par l’intermédiaire de trois 03 axes stratégiques : 

  • le diagnostic qui se traduit par les préoccupations des investisseurs hors Zone;
  • la communication par la vulgarisation de la zone et du MTP et les plateformes d’information (BBG/RT);
  • l’infrastructure caractérisée par l’évaluation IOSCO, le certificat électronique et Euroclearabilité.

En résumé, la 2ème  édition des Rencontres du Marché des Titres Publics s’est distinguée par la volonté des acteurs financiers régionaux et internationaux de contribuer au développement du marché financier régional dans le but de le hisser aux standards. Les débats soulevés dans les différentes sessions d’échanges ont permis de constater les besoins en renforcement de sécurité du marché financier, notamment par rapport aux chocs exogènes qui pourraient survenir. 

Du reste, l’Agence UMOA-Titres poursuit sa mission de conseil et d’assistance aux Etats dans la mobilisation des fonds à des coûts maîtrisés tout en travaillant avec l’ensemble des acteurs du marché à développer un Marché des Titres Publics efficient. Cette année, le MTP, entend mobiliser 3500 à 4000 milliards de FCFA pour le compte des émetteurs de la zone UEMOA. 

Pour revivre en temps réel les REMTP 2020, suivez toutes les sessions tenues lors de cet événement en cliquant ici.